Accueil     La Toubiba
La Toubiba

La Toubiba


Jean Louis Marazzani - Carrefour du Net

Médecin de colonisation dans l'est Agérien (1928-1960)
Être une femme en 1928, de surcroît médecin, n’était pas chose aisée en France. Solange, diplôme de l’Université de Montpellier en poche, tente d’ouvrir un cabinet médical à Aix-en-Provence sa ville natale. Mais elle sera dans l’obligation de trouver une autre solution pour exercer son métier et soutenir sa famille.
Une opportunité inespérée s’offre à elle, celle de pouvoir aller exercer en Algérie. C’est alors le grand départ pour son lieu d’affectation : Gastu, petit village perdu dont elle a du mal à situer l’implantation sur une carte.
Une fois installée, elle va dédier toute sa vie à cette population souvent indigente. Malgré l’adversité qui la touche personnellement, des conditions de travail difficiles voire précaires, et dans un climat d’insécurité pendant les dernières années de sa présence dans ce pays, elle terminera sa carrière dans ce petit « patelin » avant de revenir en France finir ses jours.

L’auteur nous conte ici la vie particulière de cette toubiba. La traversée de la guerre 39-45, les soulèvements 45 et 54 qui mèneront à la guerre d’Algérie. Tout au long de ce récit, il se pose des questions : quels sont les agissements des populations ou des gouvernements français successifs qui ont menés à un tel conflit. Il laisse aux historiens le soin d’en débattre.

Jean-Louis Marazzani a quitté l’Algérie au moment de l’indépendance en 1962 pour continuer à exercer les fonctions d’enseignant dans différents collèges de la région parisienne jusqu’à sa retraite en 1994.
Il est l’auteur, aux éditions Bordas et Belin, d’ouvrages pédagogiques (8), en Sciences Physiques et technologie. De photographies didactiques (200 environ) aux éditions Hatier. Il a été aussi responsable et souvent auteur de films, émissions T.V. à la télévision scolaire à Paris (C.N.D.P.).
Sa retraite lui a permis d’intensifier les activités qui l’ont toujours passionné : dessins et peintures, dont certains ont été primés.
Il est le créateur de timbres-poste émis par l’office des timbres-poste de la Principauté de Monaco.


euro 19.00

Code article: 9782354510244

La Toubiba


  • Info produit

Médecin de colonisation dans l'est Agérien (1928-1960)
Être une femme en 1928, de surcroît médecin, n’était pas chose aisée en France. Solange, diplôme de l’Université de Montpellier en poche, tente d’ouvrir un cabinet médical à Aix-en-Provence sa ville natale. Mais elle sera dans l’obligation de trouver une autre solution pour exercer son métier et soutenir sa famille.
Une opportunité inespérée s’offre à elle, celle de pouvoir aller exercer en Algérie. C’est alors le grand départ pour son lieu d’affectation : Gastu, petit village perdu dont elle a du mal à situer l’implantation sur une carte.
Une fois installée, elle va dédier toute sa vie à cette population souvent indigente. Malgré l’adversité qui la touche personnellement, des conditions de travail difficiles voire précaires, et dans un climat d’insécurité pendant les dernières années de sa présence dans ce pays, elle terminera sa carrière dans ce petit « patelin » avant de revenir en France finir ses jours.

L’auteur nous conte ici la vie particulière de cette toubiba. La traversée de la guerre 39-45, les soulèvements 45 et 54 qui mèneront à la guerre d’Algérie. Tout au long de ce récit, il se pose des questions : quels sont les agissements des populations ou des gouvernements français successifs qui ont menés à un tel conflit. Il laisse aux historiens le soin d’en débattre.

Jean-Louis Marazzani a quitté l’Algérie au moment de l’indépendance en 1962 pour continuer à exercer les fonctions d’enseignant dans différents collèges de la région parisienne jusqu’à sa retraite en 1994.
Il est l’auteur, aux éditions Bordas et Belin, d’ouvrages pédagogiques (8), en Sciences Physiques et technologie. De photographies didactiques (200 environ) aux éditions Hatier. Il a été aussi responsable et souvent auteur de films, émissions T.V. à la télévision scolaire à Paris (C.N.D.P.).
Sa retraite lui a permis d’intensifier les activités qui l’ont toujours passionné : dessins et peintures, dont certains ont été primés.
Il est le créateur de timbres-poste émis par l’office des timbres-poste de la Principauté de Monaco.